mardi

Programme septembre - contes et dessins de formes

Monsieur Papa est en vacances pour 3 semaines, ainsi soit-il pour nous aussi :)
Nous reprendrons donc le travail formel le 16 septembre.

Notre Flat Papa Moomin étant parti au Mexique retrouver nos amis nous allons nous aussi nous intéresser de plus près à ce pays, à cette culture.

J'ai trouvé de belles légendes sur ce site de voyage en Amérique latine :

La montagne de maïs
Les dieux se demandaient ce que pourraient bien manger les hommes. 
Un jour, Quetzalcoatl rencontra une fourmi rouge dans les environs de Teotihuacan. La fourmi portait un grain de maïs. Très intéressé, Quetzalcoatl lui demanda où elle l'avait trouvé. Dans un premier temps, la fourmi fit comme si de rien n'était et poursuivit sa route. Mais face à l'insistance du dieu elle lui répondit qu'elle l'avait extrait de la "Montagne de Notre Alimentation" et l'invita à la suivre.
Mais Quetzalcoatl était trop grand pour pénétrer dans cet endroit comme les autres fourmis. Alors il dut recourir à la magie et se transforma en fourmi noire. La fourmi rouge l'attendait à l'intérieur, et elle le guida jusqu'au lieu où se trouvaient des tas et des tas de maïs. Puis elle l'aida à ramasser suffisamment de grains pour les partager avec les autres dieux. Le grand Quetzalcoatl la remercia puis s'en alla. Quetzalcoatl portait le maïs aux autres dieux qui, plus tard, le donneront à manger aux hommes. L'aliment était bon.
On avait besoin de plus de maïs, mais c'était une tâche fatigante que de se transformer en fourmi pour ramener les grains petit à petit. Quetzalcoatl tenta de ramener la "Montagne" entière mais il ne réussit pas. Les dieux demandèrent alors de l'aide au devin Oxomo et sa femme Cipactonal pour qu'ils jettent un sort. Ils leur révélèrent que si Nanahuatl lançait la foudre, la "Montagne de notre alimentation" resterait ouverte.
Les Tlaloques (dieux de la pluie) descendirent et il commença à pleuvoir tandis que Nanahuatl lançait la foudre vers la "Montagne" qui s'ouvrit, laissant libres les grains de notre alimentation : maïs, haricots, blettes... que les dieux apportèrent à l'humanité.


Avec un peu de chance le maïs que nous avons planté sera mûr et nous pourrons faire les petites fourmis.


Le grillon et le lion - Tarahumaras
Un jour un lion se promenait dans la prairie. En marchant il souleva une petite pierre sous laquelle était un grillon. Sans se rendre compte le lion marcha sur le grillon avec une de ses pattes. Le grillon cria : "Eh ! Pourquoi tu m’écrases ? Dis donc crois-tu que ça ne me fait pas mal ? Si je voulais à 2 contre 3, moi aussi je pourrais te faire mal !"
Le lion répondit "Que vas-tu me faire toi, petit animal ?"
On va voir et pour cela nous allons faire une guerre. Toi avec tous tes amis qui seront tes soldats et moi avec les miens et nous nous battrons.
Nous allons faire la guerre dans la lagune et nous verrons qui sera le vainqueur !
Le lion appela tous ses amis, coyotes, tigres, renards, ours, et tous se rendirent au lieu indiqué pour attendre les soldats du grillon et ils commencèrent à se battre. Le grillon lui, avait appelé les abeilles, les guêpes, les fourmis et tous ses amis les insectes.
Le combat commença. Les soldats du grillon se mirent a piquer les soldats du lion. Les insectes étaient tellement petits que les amis du lion ne pouvaient les attraper et c’est avec facilité que les insectes gagnèrent devant le lion et ses soldats.


Les Tarahumaras sont une tribu indienne mexicaine. Je me demande comment un lion peut se trouver dans une légende mexicaine? 



Le vol du feu
Il y a bien longtemps, on ne connaissait pas le feu, et les hommes devaient manger tous leurs aliments crus. Les Tabaosimoa, les Anciens, se réunirent et discutèrent sur la façon d'obtenir quelque chose qui leur procurerait de la chaleur et leur permettrait de cuire leurs aliments. Ils jeûnaient et discutaient... et voyaient passer au-dessus de leurs têtes une boule de feu qui plongeait dans la mer mais qu'ils ne pouvaient atteindre.
Alors, fatigués, les Anciens réunirent des personnes et des animaux pour leur demander si l'un d'entre eux pouvait leur apporter le feu. Un homme proposa de ramener un rayon de soleil à condition qu'ils soient cinq pour aller à l'endroit d'où sort le soleil. Les Tabaosimoa approuvèrent la proposition et demandèrent que les cinq hommes se dirigent vers l'orient tandis qu'eux, pleins d'espoir, continueraient à prier et à jeûner.
Les cinq partirent et arrivèrent sur la montagne où naissait le feu. Ils attendirent le lever du jour et se rendirent compte que le feu naissait sur une autre montagne, plus éloignée. Ils reprirent donc leur chemin. Arrivés sur la montagne, au nouveau lever du jour, ils virent le feu naître sur une troisième montagne encore plus éloignée. Ils le poursuivirent ainsi jusqu'à la quatrième puis la cinquième montagne où, découragés, ils décidèrent de rentrer, tristes et fatigués. Ils racontèrent cela aux Anciens qui pensaient bien que jamais ils ne pourraient atteindre le soleil. Les Tabaosimoa les remercièrent et se remirent à réfléchir sur ce qu'ils pourraient faire.
C'est alors qu'apparut Yaushu, un Tlacuache savant, et il leur relata un voyage qu'il avait fait vers l'orient. Il avait aperçu une lumière lointaine et il voulut vérifier ce que c'était. Il se mit à marcher durant des nuits et des jours, dormant et mangeant à peine. Le soir du cinquième jour il put voir que dans l'antre d'une grotte brûlait un feu de bois d'où s'élevaient de grandes flammes et un tourbillon d'étincelles. Assis sur un banc un vieil homme regardait le feu. Il était grand et portait un pagne de fourrure, les cheveux blancs et les yeux effroyablement brillants. De temps en temps il alimentait cette "roue" de lumière avec des bûches. Le Tlacuache raconta comment il resta caché derrière un arbre et que, effrayé, il rebroussa chemin avec précaution. Il se rendait compte qu'il s'agissait de quelque chose de chaud et de dangereux.
Quand il eût fini son récit, les Tabaosimoa demandèrent à Yaushu s'il pouvait y retourner et leur en ramener un brin. Le Tlacuache accepta, mais les Anciens et leur peuple devaient jeûner et prier les dieux en leur faisant des offrandes. Ils y consentirent mais le menacèrent de mort si celui-ci les trompaient. Yaushu sourit sans dire un mot. Les Tabaosimoa jeûnèrent durant cinq jours et remplirent cinq sacs de pinole qu'ils donnèrent au Tlacuache. Yaushu leur annonça qu'il serait de retour dans cinq autres jours; ils devaient l'attendre éveillés jusqu'à minuit et s'il mourait, il leur recommanda de ne pas se lamenter pour lui.
Portant son pinole, il arriva à l'endroit où le vieil homme contemplait le feu. Yaushu le salua et ce fut seulement à la deuxième fois qu'il obtint une réponse. Le vieil homme lui demanda ce qu'il faisait si tard dans ce lieu. Yaushu répondit qu'il était l'émissaire de Tabaosimoa et qu'il cherchait l'eau sacrée pour eux. Il était très fatigué et demandait s'il pouvait dormir là avant de reprendre son chemin le lendemain. Il dut le prier beaucoup mais à la fin le vieil homme lui permit de rester à condition qu'il ne touche à rien. Yaushu s'assit près du feu et invita le vieil homme à partager son pinole. Celui-ci en versa un peu sur le bûcher, en jeta quelques gouttes par dessus son épaule, puis il but le reste. Le vieil homme le remercia puis s'endormit.
Alors que Yaushu l'entendait ronflait, il pensait à la façon de voler le feu. Il se leva rapidement, prit une braise avec sa queue et s'éloigna. Il avait fait un bon bout de chemin quand il sentit qu'une bourrasque venait sur lui et il vit, face à lui, le vieil homme en colère. Il le gronda pour avoir toucher et voler une chose qui ne lui appartenait pas; il le tuerait. Immédiatement il saisit Yaushu pour lui enlever le tison mais bien que celui-ci le brûlait il ne le lâcha pas. Le vieil homme le piétina, lui broya les os, le secoua et le balança. Certain de l'avoir tué, il s'en retourna surveiller le feu. Yaushu roula, roula, roula... enveloppé de sang et de feu; il arriva ainsi devant les Tabaosimoa qui étaient en train de prier. Moribond il leur livra le tison. Les Anciens allumèrent des bûchers. Le Tlacuache fut nommé "héros Yaushu". On le voit encore aujourd'hui marcher péniblement sur les chemins avec sa queue pelée.

Pinole : Boisson alcoolisée à base de maïs


Et pour la dernière semaine, La naissance des tatous de Rudyard Kipling. On ne se lasse pas des "Histoires comme ça" de ce grand écrivain.
On peut trouver ce conte ici et .



vendredi

Ce moment


À la manière de Soule mama, un rituel du vendredi....seulement une photo-sans mots- capturer un moment de la semaine.... un moment simple, spécial, extraordinaire. Un moment qu'on souhaite mettre sur pause, savourer et se rappeler.

Bloc Egypte - portraits





Découverte du jour

Une super bonne soupe crue!



1/2  kilo de carottes

2 mangues

1/4 de poivron orange

un peu d'eau pour rincer l'extracteur


Un délice!

Merci Fée Coquelicot pour l'idée de base :)


dimanche

L'Egypte- semaine 1

Les larmes du crocodile
Si vous passez au bord du Nil
Où le délicat crocodile
Croque en pleurant la tendre Odile,
Emportez un mouchoir de fil.

Essuyez les pleurs du reptile
Perlant aux pointes de ses cils,
Et consolez le crocodile :
C'est un animal très civil.

Sur les bords du Nil en exil,
Pourquoi ce saurien pleure-t-il ?
C'est qu'il a les larmes faciles
Le crocodile qui croque Odile.
Jacques CHARPENTREAU



Ah les crocrocro 

Un crocodile s'en allait à la guerre 
disait au revoir à ses petits enfants 
traînant des pieds dans la poussière 
il s'en allait combattre les éléphants   

Ah les crocrocro, les crocrocro, les crocodiles 
sur les bords du Nil ils sont partis n'en parlons plus   

Ah les crocrocro, les crocrocro, les crocodiles 
sur les bords du Nil ils sont partis n'en parlons plus !



Un ancien poème Égyptien dit « Nil, Nil, Nil, fleuve impétueux et tumultueux, tu es comme notre reine la source de la vie ! »


Coco aimant beaucoup Claude François, j'imagine qu'on va aussi chanter ça: 
Les sirènes du port d'Alexandrie
Chantent encore la même mélodie ohoh
La lumière du phare d'Alexandrie
Fait naufrager les papillons de ma jeunesse


N'hésitez pas à aller plus loin il y a plusieurs "vidéos".

Et pour moi, "to improve my english language" :


Désolée pour les puristes je préfère Billy Zane à Richard Burton  ...

Enfin bien sûr nous ne manquerons pas de regarder, encore, Astérix et Cléopâtre en film et en dessin animé! 



Bloc maths - Frères Lyons

Ces deux dernières semaines nous avons investi les mathématiques avec les Frères Lyons.
Le site "défi maths" est une vraie mine d'or! je manque de temps (ou l'utilise mal....) pour me servir de tout ce que je voudrais. J'aimerais mettre énormément à la disposition des enfants pour qu'ils piochent ce qu'ils veulent quand ils veulent!! Ce programme de mathématiques est bien fait, pas barbant et facile à suivre. On a donc attaqué le volume 2.

Chapitre 1 c'est fait

Chapitre 2 c'est fait

On est passé au chapitre 3 hier et je vais articuler ce chapitre et le suivant pendant les deux semaines prochaines autour de .... l'Egypte!

Au menu, construction de pyramides en sucre et en carton. Loulou a proposé que nous fassions un sphinx en argile! Je pense momifier une pomme faute de barbie... Et d'autres idées piochées sur Pinterest.



vendredi

Ce moment



À la manière de Soule mama, un rituel du vendredi....seulement une photo-sans mots- capturer un moment de la semaine.... un moment simple, spécial, extraordinaire. Un moment qu'on souhaite mettre sur pause, savourer et se rappeler.

lundi

Découverte du jour

Je viens de découvrir, grâce à Isabelle, ce merveilleux blog qui regorge de ressources... comme j'aime! Des vieux manuels, des textes plus anciens et plus doux que la plupart des choses que l'on trouve actuellement...

Le blog Littérature au primaire: ici

.