dimanche

Les 4èmes médiévales européennes de Bitche











c'était super!!! 

Que lit-on?

Niveau maternelle... oui ben à 33 ans, 30 ans, 6 ans  1/2 et 4 ans 1/2 on a adoré!



La famille souris... du merveilleux Kazuo Iwamura! on les aime tant ces petites souris!
Et dans cette histoire on découvre la tradition japonaise du bain familial, qu'on avait déjà remarqué dans "mon voisin Totoro" de Miyazaki. Un voile qui se lève sur une autre culture...

Nous commençons un bloc de 2 semaines de maths alors il faut que je pense à me servir de ces pistes:
http://publimath.irem.univ-mrs.fr/biblio/AEM95005.htm



Je me suis un peu forcée à prendre ce conte traditionnel, histoire que les garçons l'entende au moins une fois! Je ne suis pas déçue, cette version de Thierry Dedieu m'a bien plue: les dessins sont aussi beaux que celui de la couverture, dans des couleurs sombres. Le conte a été revisité: l'histoire est toujours la même mais elle nous est contée en quelques phrases à l'humour bien présent.


Loulou est enfin dans la phase "j'ai envie de lire"! C'est un soulagement pour nous, j'avais peur en ayant forcé la main de l'avoir empêché de vouloir lire par plaisir. Très ambitieux dans son nouveau lit, avec sa petite lampe, il a voulu commencer Croc Blanc!! au bout de la première page il s'est rendu compte que c'était peut être un peu compliqué!

Peut être mon récent engouement pour les deux premiers tomes de la trilogie "Les chemins de poussière", que j'ai dévorés la semaine dernière, lui a montré un peu plus que lire peut être vraiment passionnant...

jeudi

Programme de la semaine - juillet 4

Le soleil est dans mon cœur
Il me réchauffe de sa puissance
Et éveille la vie et l’amour
Chez l’oiseau,
Chez l’animal
Et chez la fleur.


Le tournesol

On dit qu’il y a des milliers d’années, le monde était partagé entre le Soleil (le jour) et les Etoiles et la Lune (la nuit).
Ainsi donc, la Terre connaissait une partie dominée par les ténèbres et une autre maîtrisée par le Soleil (la Lumière).
Mais le fort désir de la Lune était que l’obscurité puisse vaincre, de cette manière elle allait devenir la maîtresse de la Terre, tandis que le Soleil serait asservi.

Par conséquent, entre la Lune et le Soleil, éclata la guerre.
Le Soleil avait une fille qui s’appelait Hélianthe. Mais elle ne ressemblait pas aux autres de son âge, pas seulement grâce à sa beauté sans pareille mais surtout à sa vaillance.
Elle proposa donc à son père de lutter l’un près de l’autre contre la Lune.
-“ Nous devons vaincre ” - dit-elle, sinon nous serons enveloppés par les ténèbres.
-“ J’en suis d’accord ”, répondit le Soleil inquiet. “ Mais n’oublie pas que je suis vieux et qu’il me manque la force de lutter. 
De plus, elle a aussi de son côté les Etoiles et leur victoire est presque assurée ”.
-"Mais c’est moi qui vais lutter près de toi ”, l’encouragea Hélianthe.
-“ Non ma fille - C’est trop dangereux et de toute façon nous n’aurons aucune chance de réussite ”, ajouta son père.

N’écoutant pas son conseil, Hélianthe participa au combat comme un homme.
A la suite d’une bataille acharnée, le Soleil fut déclaré victorieux.
C’est alors que sa fille révéla son beau visage. La Lune vit ainsi que son vainqueur avait de longs cheveux blonds comme les épis d’or, flottant sur ses épaules et de très beaux yeux noirs.

Furieuse, elle lui lança un sortilège:
-“ Que tu sois à tout jamais une plante, que “ le Tournesol ” devienne ton nom et quand il fera soleil que tu regardes toujours vers ton père ” !
A cause du maléfice de la Lune, la fille se métamorphosa en une fleur de toute beauté.
Ses cheveux blonds se transformèrent en grands pétales jaunes et ses yeux noirs en
semences.
Et jusqu'à nos jours, le sortilège n’a pas été rompu. 
Hélianthe, métamorphosée en fleur, regarde encore et toujours vers son vieux père - le Soleil.






Le coeur du baobab


Un jour de grande chaleur, un lièvre fit halte à l'ombre d'un Baobab.
Il s'assit et contempla au loin la brousse bruissante sous le vent brûlant.
Il se sentit infiniment bien.
"Baobab" pensa-t-il "comme ton ombre est fraiche et légère dans le brasier de midi!"
ll leva le museau vers les branches puissantes. Les feuilles se mirent à frissonner
d'aise, heureuses des pensées amicales qui montaient vers elles.
Le lièvre rit en les voyant contentes. Il resta un moment béat, puis clignant de l'oeil et claquant la langue, pris de malice joueuse et gentille dit ceci:

- Certes, ton ombre est bonne, dit-il. Assurément meilleure que ton fruit!
Je ne veux pas médire, mais celui qui me pend au-dessus de la tête m'a tout l'air d'une outre pleine d'eau tiède.

Le Baobab, dépité d'entendre ainsi douter de ses saveurs, après le compliment qui lui avait ouvert l'âme, se piqua au jeu.
Il laissa tomber son fruit dans une touffe d'herbe. Le lièvre le flaira, le goûta, le trouva fort délicieux.
Alors il dévora, s'en pourlécha le museau, hocha la tête.
Le grand Arbre, impatient 'entendre son verdict, retint son souffle.

- Ton fruit est délicieux! admit le lièvre
Puis il sourit, reprit son allégresse taquine, et dit encore:
- Assurément, il est meilleur que ton coeur! Pardonne ma franchise, mais ce coeur qui bat en toi me parait plus dur qu'une pierre.

Le Baobab, entendant ces paroles, se sentit envahi par une émotion qu'il n'avait jamais connue. Offrir à ce petit  être ses beautés les plus secrètes.
Dieu du ciel, il le désirait, mais tout à coup, quelle peur il avait à les dévoiler au grand jour!

...Et lentement, il entrouvrit son écorce.
Alors apparurent des perles, des colliers, des pagnes brodés, des bijoux d'or et de pierres précieuses!
Toutes ces merveilles qui emplissaient le coeur du Baobab se déversèrent à profusion devant le lièvre dont les yeux s'éblouirent!

- Merci, Merci!! tu es le meilleur et le plus Bel Arbre du monde, dit-il tout heureux comme un enfant comblé et ramassant fiévreusement le magnifique trésor.

Il s'en revint chez lui, l'échine lourde de tous ces biens.
Sa femme l'accueillit avec une joie bondissante. Elle le déchargea à la hâte de son fardeau, se revêtit de pagnes et s'orna des colliers, puis sortit dans la brousse, impatiente de s'y faire admirer de ses compagnes.

Elle rencontra la Hyène. Cette charognarde, éblouie par les enviables richesses qui lui venaient devant, s'en fut aussitôt à la tanière du lièvre, et lui demanda où il avait trouvé ces trésors!
L'autre lui conta ce qu'il avait fait et dit à l'ombre du Baobab.
L Hyène y courut, les yeux allumés, avide des mêmes biens.
Elle y joua le même jeu.
Le Baobab, que la joie du lièvre avait grandement réjoui, à nouveau se plut à donner fraicheur, puis la musique de son feuillage, puis la saveur de son fruit, et enfin, la beauté de son coeur!

Mais...quand l'écorce se fendit, la hyène se jeta sur les merveilles offertes comme sur une proie, et fouillant des griffes et des crocs les profondeurs du grand Arbre pour en arracher plus encore, elle se mit à gronder:

- et dans tes entrailles, qu'y a-t-il? Je veux aussi dévorer tes entrailles! 
Je veux tout de toi, jusqu'à tes racines! Je veux tout, tu entends?!

Le Baobab, blessé, déchiré, prit d'effroi et de chagrin aussitôt se referma sur ses trésors et la hyène insatisfaite et rageuse s'en retourna bredouille vers la forêt.

Depuis ce jour elle cherche désespérément d'illusoires jouissances dans les bêtes mortes qu'elle rencontre, sans jamais entendre la brise simple qui apaise l'esprit.

Quant au Baobab, il n'ouvre plus son coeur à personne. Il a peur.
il faut le comprendre : le mal qui lui fut fait est invisible, mais non moins grand.

Henri GOUGAUD
"En vérité, le coeur des hommes est semblable à celui de cet Arbre Prodigieux :
empli de richesses et de bienfaits.
Pourquoi s'ouvre-t-il si petitement, quand il s'ouvre?
De quelle hyène se souvient-il?..."


mardi

Des nouvelles des homards

Comme nos amis bloggeurs de S'amuser ensemble, nous avons reçu des nouvelles de nos bébés homards.
Nous les avions adoptés fin mars et nous savons donc que Fanta 1 et Fanta 2 ont maintenant 3 mois et mesurent 1,5 cm. Le courrier contenait pour chaque enfant un masque, une cocotte avec des questions / réponses sur... les homards! Un aimant et deux autocollants. Et bien sûr un certificat d'adoption. Nous avions aussi des invitations VIP pour voir la mise à l'eau de nos deux petits mais l'Ile de Ré, ce n'est pas la porte à côté, et avec tous les vacanciers scolaires, pas envie de faire la route!



Inspirés par les peintures d'Axel et Rodolphe, mais peu inspirée à l'idée de nettoyer de la peinture... nous avons adapté l'idée!


Et comme nous avons bien retenu notre leçon, le homard européen est bleu et il a 10 pattes, c'est un décapode! :)

lundi

Résumé de la semaine - juillet 3





Un peu de repérage dans l'espace, nous avons fait un plan de notre jardin vu du ciel, pour y mettre notre beau rosier. Exercice long, difficile tout de même, mais dès qu'il est question de dessiner, Loulou ne regarde pas la montre!




La fin du conte sur le singe et le crocodile a eu beaucoup de succès comme je le pensais! En plus de ça nous avons travaillé sur le tapuscrit " Il y a un alligator sous mon lit", que l'on peut trouver sur plusieurs sites d'instit qui mettent gentiment leur boulot en partage.
Loulou lit de mieux en mieux, il prend de plus en plus de plaisir à lire du coup!



mardi

Programme de la semaine - juillet 3

Voilà les contes choisis pour cette première semaine du "bloc langage".


La rose et l'oiseau

Il était une fois, une rose qui poussait dans un lieu où la végétation était inexistante. Elle se sentait si seule, qu'elle restait un bouton!.
Un jour, un oiseau multicolore se posa sur elle et lui dit:

-Jolie rose, pourquoi n'ouvres-tu pas tes pétales comme les roses qui poussent de l'autre côté du jardin?
- Je ne sais pas! je me sens inutile ici, et personne ne vient jamais me voir! Je me sens si triste, loin de mes soeurs les roses, qui m'ignorent et qui sont trop loin de moi pour pouvoir communiquer!
-Je peux te comprendre, dis l'oiseau, moi j'ai la chance de pouvoir voler et aller où je veux! Si tu le désires, je peux devenir ton porte-parole!
Je délivrerai tes messages à tes soeurs, et viendrai t'en donner les réponses en chantant auprès de toi! Ainsi, les humains, attirés par le chant, pourraient t'admirer!
Est-ce que cela pourra t'aider à t'épanouir?!
- Ce serait merveilleux, dis la rose, maintenant je sais que j'ai un véritable ami! Envole-toi, et dis à mes soeurs que je leur envoie tout mon amour! ...et que j'aimerais tout savoir de leur vie et partager leurs secrets!

L'oiseau s'envola et alla trouver les roses en gerbe, qui poussaient à l'autre bout du jardin.

- je viens vous voir de la part de votre soeur, la rose qui pousse dans un lieu délaissé, elle se sent très isolée, triste et inutile!
- Inutile??? s'exclamèrent les autres, mais c'est incroyable!
Cette rose est pour nous un exemple, nous l'avons toujours considérée comme "exceptionnelle"! 
Dis-lui de notre part que depuis sa naissance, nous la reconnaissons comme la reine de toutes les roses de ce jardin, et que nous la respectons!

A ces mots, l'oiseau s'envola à tire d'aile pour retrouver la rose esseulée.

- Ne sois plus jamais triste, dit-il à son amie,. Sais-tu que pour tes soeurs, tu es unique?! c'est exceptionnel que tu aies pu pousser ici! 
Tu enchante ces lieux déserts, et tu es un exemple pour les autres!
-Je suis un exemple?!
- Oui! tu es un exemple de sagesse et de force!
- Merci! dis la rose. Excuse-moi auprès de mes soeurs, pendant longtemps j'étais en attente d'une reconnaissance, je vivais l'injustice et la solitude.
Je n'avais pas compris que ces lieux déserts étaient plein de richesses et qu'ils m'avaient reconnue par ma beauté intérieure!

Puis, la rose s'épanouit au soleil, et offrit ses pétales multicolores.
Ils étaient aussi lumineux et intenses que les plumes de son ami l'oiseau... si étincelants, que ses soeurs purent la voir de loin et capter son message d'amour!




Poème: La Rose
La rose est éclose au jardin joli,
Le matin l'arrose de gouttes de vie.
A midi, déjà, elle embaumera,
Tout le gai jardin, d'un parfum de roi. (Hélène Besnard)



Le Singe et le Crocodile.


Conte traduit du tibétain par Dekyid Chödrön

Autrefois, au bord d’un fleuve, sur un pommier, vivait isolé le singe Lodrö.
L’arbre produisait continuellement des fruits en abondance et le singe s’en nourrissait exclusivement.
Un jour, venu du fleuve, un crocodile s’approcha de l’arbre.
  • "Comment t’appelle-t-on ?" demanda le singe.
  • "Je suis le crocodile Tashi et je cherche ma nourriture", répondit le crocodile.
Le singe dit :
  • "je n’ai que des pommes, mais si tu les aimes, je peux t’en donner autant que tu voudras",
    et, cueillant quelques fruits sur l’arbre, il les lui lança.
Le crocodile Tashi mangea les pommes.
  • "Je n’ai jamais mangé de pommes aussi délicieuses", dit-il.
Alors le singe lui en redonna.
  • "Si je viens à nouveau demain, m’en donneras-tu encore ?"
  • "Je serais content de te voir, et tu seras rassasié de pommes, je te le promets", lui répondit le singe.
Content à l’idée de pouvoir revenir chaque jour, le crocodile retourna chez lui.
Le lendemain, le crocodile revint. Le singe lui donna avec plaisir tout plein de pommes. Finalement Lodrö et Tashi devinrent amis et chaque jour le crocodile venait manger des pommes auprès du singe.
Un jour, alors qu’ils se racontaient leurs histoires, le crocodile vint à parler de sa compagne.
  • "Tiens, tu as une femme ? Je n’en savais rien. Laisse-moi lui donner aussi des pommes. "
Dès lors, le crocodile ramena chaque jour des pommes à sa compagne et celle-ci en fut ravie. Cependant, malgré son plaisir de manger ces pommes si sucrées, les retours tardifs de son compagnon la contrariait.
Un jour, elle parla à Tashi :
  • "Il semble que tu ne dit pas la vérité. Un singe et un crocodile ne peuvent pas être amis. Le crocodile doit tuer le singe et le manger."
  • "Je t’ai dit la vérité. Le singe est mon ami. Nous avons l’un pour l’autre amitié et tendresse. Il me donne des pommes et il pense même à t’en envoyer. N’est-ce pas de la bonté ?"
  • "Puisqu’il ne se nourrit que de pommes sucrées, pensa la femme, sa chair doit être merveilleusement bonne", et elle dit à son compagnon :
  • "Puisque le singe est vraiment ton ami, il faut que tu l’emmène chez nous, j’en serais vraiment touchée."
  • "Les singes marchent sur la terre, il ne peuvent pas venir dans l’eau, réfléchis…",
    répondit Tashi qui se fit dès lors avare de mots.
Un jour, la compagne de Tashi feignit d’être malade et l’expliqua ainsi :
  • "je suis très malade. J’ai interrogé le médecin qui m’a dit qu’un cœur de singe me ferait du bien. Si tu ne m’apportes pas le cœur de ton ami, je mourrai dans la solitude",
    dit-elle en se mettant à pleurer.
Le crocodile pensa :
  • "le singe est mon ami, il est impossible que je le tue. Mais si je ne le fais pas, ma femme va mourir."
Il était extrêmement peiné.
  • "Comment pourrais-je tuer un ami ?", lui dit-il.
La compagne du crocodile éclata alors de colère :
  • "Tu aimes plus ton ami que ta femme. Eh bien à partir d’aujourd’hui va-t’en et reste avec ton ami ! Le mieux pour moi est que je meure !"
Le crocodile Tashi n’avait plus rien à ajouter, il fallait qu’il obéisse à sa compagne. Plus tard, alors qu’il était allait rendre à nouveau visite à son ami le singe, ce dernier lui demanda :
  • "tu viens aujourd’hui plus tard que d’habitude, aurais-tu rencontré des difficultés en chemin ?"
  • "Non, mais aujourd’hui, ma compagne et moi nous sommes disputés. Mon ami, voilà longtemps que tu nous aides, mais tu n’as pas encore été notre hôte. Ma femme s’est mise en colère parce que je ne t’avais jamais invité. C’est pourquoi je te prie de venir chez nous aujourd’hui même. Ma compagne serait heureuse de te rencontrer."
Le singe répondit :
  • "j’aimerai venir chez vous, mais je ne peux pas marcher sur l’eau."
Le crocodile ayant expliqué au singe qu’il pouvait monter sur son dos, ils tombèrent d’accord et s’en allèrent, le crocodile nageant et le singe perché sur son dos. Arrivé au milieu du fleuve, le crocodile se mit à aller de plus en plus vite. Le singe lui dit :
  • "ralentis, j’ai peur."
Le crocodile répondit :
  • "qu’importe puisque aujourd’hui tu vas mourir. En effet, ma compagne est malade et le médecin lui a dit qu’un cœur de singe lui ferait du bien. C’est pourquoi, bien que tu sois mon ami, je dois te tuer."
Le singe, effrayé, réfléchit à la manière de se sortir de ce mauvais pas et dit : -*"quel dommage de ne pas avoir parlé de cela avant ! Chaque fois que je m’éloigne de mon arbre, j’y laisse mon cœur pour plus de sécurité. Si tu me l’avais dit avant, je l’aurais pris pour te le donner !"
Crédule, le crocodile dit :
  • "qu’à cela ne tienne, retournons ensemble jusqu’à ton arbre et allons chercher ton cœur. "
Arrivés près de l’arbre, le singe sauta sur une branche et dit :
  • "mon ami, ouvre ta bouche que j’y jette mon cœur."
Le singe lança alors une de ses crottes dans la gueule du crocodile et dit :
  • "retourne auprès de ta méchante compagne et dis lui que faute de manger mon cœur elle peut manger mes crottes !"
C’est ainsi que le singe eut la vie sauve.
Source Actions pour le Développement et l’Etude du Qinghai. Copyright © 2001 ADEQ. Tous droits réservés.



Chanson: Y'avait des gros crocodiles et des orang-outans, de vilains reptiles et de jolis moutons blancs, y'avait des chats, des rats et des éléphants. Il ne manquait personne mis à part la licorne!

Chanson en allemand: The Schnapi - Das Kleine Krokodil

Ich bin Schnappi, das kleine krokodil
Komm aus Ägypten, das liegt direkt am Nil.
Zuerst lag ich in einem Ei.
Dann schni schna schnappte ich mich frei
(refrain)
Schni schna schnappi, schnappi schnappi schnapp
Ich bin Schnappi, das kleine krkodil
Hab scharfe Zähne und davon ganz schön viel
Ich schnapp mir was ich schnappen kann
Ja schnapp zu viel ich das so gut kann
(refrain)
Ich bin schnappi das kleine krokodil
Ich schnappe gern das ist mein Lieblingspiel
Ich schleich mich an die Mama ran
Und zeig ihr wie ich schnappen kann
(refrain)
Ich bin schnappi das kleine krokodil
Und vom schnappen da krieg ich nicht zu viel
Ich beiss den Papi kurz ins Bein
Und dann schlafe ich einfach ein.
(refrain x4) 



(si ça pouvait motiver Coco à faire des "ch" chuintants..." 


lundi

Petite fierté


Sous l'impulsion de Petit Voisin, 7 ans hier, j'avais proposé à Loulou de faire un bracelet brésilien simple pour la fête des pères. Ca avait été assez laborieux il faut bien le dire, Loulou a beaucoup de mal au niveau de la coordination parfois.... Le repas est toujours synonyme de "bouchées à côté" par exemple...

Et là, dimanche, Petit Voisin qui lui en a fait beaucoup à l'école a proposé d'en faire un.
Eh bien "pouf!", ça avait mûri,  du coup Loulou était très fier de lui!!

dimanche

Découverte du jour - une erreur de 80 millions d'années


Page 42-43 du livre Maxi Kézaco, Les dinosaures, on peut apercevoir un tyrannosaure qui attaque un stégosaure.
Loulou qui feuilletait le livre s'est insurgé!
Effectivement! Il s'est passé plus de temps entre le décès du stégosaure et la naissance du tyrannosaure, qu'entre le décès du tyrannosaure et la naissance de Loulou... C'est à dire que 80 millions d'années séparent ces deux soit-disant ennemis...

Ce n'est quand même pas très sérieux...

vendredi

Il est revenu!


Flat papa Moomin est rentré à la maison il y a presque 3 semaines déjà! Avec ce beau cadeau dans ses bagages!!

Et nous avons aussi reçu une bien jolie carte du Québec, de nos amies Janie et Jacinthe.

jeudi

Au(x) jardin(s)


J'ai éclairci mes carottes et en ai fait un super bon jus, avec des pommes, des oranges et du citron: notre préféré!


Les petits pois poussent, les fraises sont énormes (je dis à mes fraisiers qu'ils sont magnifiques quand je vais au potager, je suis sûre que ça marche!! comme pour le riz! ) et nous avons été impatients et avons arraché un pied de pommes de terre tout juste fané: tadam 500g, en sachant qu'aucun travail de la terre n'a eu lieu avant ou après, aucun arrosage, juste du paillage!


Nous avons découvert le jardin de Blory, près de la ludothèque.


J'avais repéré un "trésor" à y dénicher (geocaching.com).


C'était très agréable avec cette chaleur, j'étais étonnée de trouver ce jardin quasi désert!


C'est Loulou qui a trouvé la cache.


mercredi

Découverte du jour: la saponine


Voici ce qui pousse dans notre jardin et sur le champ où je cultive quelques petites choses mais où je me laisse envahir avec plaisir par les "mauvaises herbes". Je ne sais pas s'il s'agit de saponaire ou de silène enflé... si quelqu'un a une certitude... 


J'ai passé des feuilles à l'extracteur ...


Tadam! Ca mousse!


lundi

Programme de la semaine - Juillet 2

Pour le cercle nous continuerons les chansons sur les fraises et j'ajouterai celle-ci en rapport avec la fable du début de semaine :



J'ai trouvé ce dossier qui est assez bien fait, je pense essayer d'introduire un exercice féminin / masculin et parler un peu des règles qui s'y attachent.

La Chauve-souris et le Grand Paon de Nuit

Une chauve-souris aperçut un papillon
De très bonne taille,
Un grand paon de nuit. Qui n’eut vu un bon graillon
Dans cette trouvaille ?
« Voici, se félicita-t-elle, un lourdaud
Qui finira vite dans ma panse, bien au chaud. »
Elle s’élance, elle poursuit, elle assaille :
A gauche, à droite, en haut, en bas ; la canaille
Livre rude bataille ;
L’insecte était si vif, si rapide,
Que notre oiseau sans plumage
Creusa davantage
Son estomac déjà bien vide !
L’intrépide Saturnia,
Si adroitement, défia
La chasseuse, qu’elle usa toute son énergie
Et dut céder, et faire disette pour la nuit.
Il faut admettre ce qui suit :
Rien n’est acquis d’avance dans la vie.




 découvertes sur les chiroptères http://fr.vikidia.org/wiki/Chauve-souris



 découvertes sur les hétérocères (papillons de nuit) http://fr.vikidia.org/wiki/Papillon_de_nuit

une chauve souris en ficelle : ici






Le Poisson-volant

Certain poisson volant, mécontent de son sort,
Disait à sa vieille grand’ mère :
Je ne sais comment je dois faire
Pour me préserver de la mort.
De nos aigles marins je redoute la serre
Quand je m’élève dans les airs,
Et les requins me font la guerre
Quand je me plonge au fond des mers.
La vieille lui répond : Mon enfant, dans ce monde
Lorsqu’on n’est pas aigle ou requin,
Il faut tout doucement suivre un petit chemin,
En nageant près de l’air et volant près de l’onde.


bricolages « poissons » en papier http://www.cabaneaidees.com/2012/04/poisson-volant/

Le poisson fa (extrait)
Il était un fois
Un poisson fa
Il aurait pu être poisson scie,
Ou raie
Ou sole,
Ou simplement poisson d’eau
Ou même un poisson un peu là
Non, non il était poisson fa :
Un poisson fa
Voilà !
Boby LAPOINTE


LE PETIT POISSON

Un petit poisson,
Nage, nage, tout en rond !
Il ouvre la bouche,
Une petite bulle monte, monte, monte...
Clac la bulle !

LES PETITS POISSONS

Les petits poissons, dans l'eau,
Nagent, nagent, nagent, nagent, nagent,
Les petits poissons, dans l'eau,
Nagent aussi bien que les gros.
Les petits, les gros, nagent comme il faut,
Les gros, les petits, nagent bien aussi.

        
LE PETIT POISSON

Le petit poisson        
(serrer les 2 mains l'une contre l'autre)
Nage, nage, nage     
(balancer les 2 mains serrées)
Il ouvre la bouche      
(ouvrir les 2 mains l'une au dessus de l'autre)
Tiens une bulle.         
(claquer sa langue et former une bulle qui monte avec
le pouce et l'index).


Fables trouvées sur le site Fable.wikidot