mardi

La peur du gendarme.

Ma vision des choses concernant le contrôle pédagogique de l'Education Nationale.  C'est une pure fiction bien sûr. C'est caricatural.... un peu... pas tant que ça!
Ce n'est pas diffamant envers les gendarmes au moins?


Imaginons que la loi permette d'avoir un véhicule roulant non pas à l'essence mais à l'eau. Une loi discrète, mal connue. Vous faites partie de ceux qui pensent que c'est mieux de rouler à l'eau qu'à l'essence. Pour un tas de raison. L'obligation légale avec votre véhicule c'est qu'au bout de 10 ans d'utilisation il n'ait pas dépassé un certain seuil de pollution. Ce seuil sera lui allègrement dépassé par bon nombre de véhicules "normaux".

Pour vérifier que la loi sera bien respectée au bout de ces 10 ans, un gendarme doit vérifier chaque année que vous faites le nécessaire pour respecter la loi. Vous pouvez par exemple montrer vos factures d'eau, vos tickets de péage, vos itinéraires routiers. En théorie c'est simple.

En pratique, le gendarme qui vient chez vous a pour mission de ne pas vous rendre la vie facile, parce que vous êtes beaucoup moins rentable pour l'état avec votre voiture qui roule à l'eau. On le sait bien en interne qu'il y a très peu de risques qu'elle pollue, à moins vraiment d'un mauvais réglage. On sait très bien que la grande majorité des voitures normales par contre, à part des voitures hybrides, pollue énormément. Donc cette loi qui vous autorise à faire ce que vous faites, on ne veut pas qu'elle s'ébruite trop.

Le gendarme vient donc voir si tout se passe bien avec votre véhicule. Vous êtes prêt à lui montrer comme le veut la loi, votre bonne attitude avec votre véhicule. Le gendarme pourrait s'en tenir là. Surtout que l'objectif, c'est de ne pas dépasser le seuil de pollution au bout de 10 ans!

Mais le gendarme, fort de son autorité, veut voir le véhicule de plus près. Qu'à cela ne tienne, vous avez un peu de temps devant vous, vous êtes fier de votre voiture, aujourd'hui elle est plutôt propre, vous lui montrez. Mais le gendarme maintenant veut observer le moteur, puis l'intérieur de la voiture. Il ouvre la boîte à gants, le coffre, le cendrier.

Enfin le gendarme veut essayer votre voiture. Avec un peu de chance il accepte la place passager, généralement il voudra la conduire. Le souci c'est que si vous acceptez pour qu'il vous fiche la paix toute l'année restante, il risque tout de même d'exiger qu'on mette la même radio que dans SA voiture (radio officielle des gendarmes) et surtout il va comparer le bruit du moteur avec SA voiture, une voiture normale, à essence, qui a déjà pas mal de kilomètres au compteur, dont l'embrayage est usé et les plaquettes à changer. Votre voiture peut avoir quelques défauts bien sûr, mais le moteur en tout cas ne fera jamais le même bruit que la sienne.... Et chaque année le gendarme reviendra et voudra essayer la voiture!  Vous pouvez lui faire remarquer que ce n'est pas prévu par la loi. Que ça n'a rien à voir avec la pollution de la voiture. Le gendarme a de bons arguments, il en a surtout un: si vous ne me laissez pas faire, je saisis le procureur. On pourrait vous obliger à reprendre un véhicule qui roule à l'essence!  Et ça vraiment vous n'en avez pas envie!







lundi

Contes pour l'avent.

Comme d'autres familles, nous nous inspirons de la pédagogie Steiner-Waldorf sans pourtant baigner dans la religion. Pour nous, cette période est celle de l'attente du solstice d'Hiver avant tout. Ce temps est celui le plus sombre de l'année, parfois cette obscurité peut nous atteindre à l'intérieur de nous-mêmes. Depuis la Saint Michel nous luttons donc et attendons le retour de la Lumière du Soleil. Sa renaissance. C'est cette naissance là que nous fêtons personnellement.

Alors voici de jolis contes glanés sur la toile, qui parlent de cette magie de l'attente.

Tout d'abord chez Prune et Violette: Le secret qui fait lever le jour de Jean Debruynne.

J'aime aussi La visite des araignées

En voici un autre:

La naissance du soleil

De Starhawk dans Circle Round, p.98

C’était le milieu de l’hiver et le soleil était rendu très vieux. Toute l’année, le soleil avait travaillé très fort. Jour après jour, il se couchait et se levait. Toute l’année, le soleil avait nourri tous les habitants de la terre en donnant de l’énergie aux arbres et aux fleurs et à l’herbe afin qu’ils puissent pousser et nourrir les animaux, les oiseaux, les insectes et les gens.

Maintenant, le pauvre soleil était fatigué et avait de la difficulté à se lever le matin. Peu de temps après être sorti du lit, il avait déjà besoin de retourner se coucher. Les journées raccourcissaient donc de plus en plus, et les nuits allongeaient, jusqu’à ce que le jour soit si court que ça ne valait presque plus la peine de se lever.

La nuit était triste pour le soleil. « Viens te reposer dans mes bras, mon enfant, dit-elle. Après tout, je suis ta mère. Tu es né de ma noirceur, il y a des millions d’années. Laisse-moi te bercer maintenant, comme je berce chaque étoile dans l’univers. »

La nuit enveloppa donc le soleil de ses grands bras, et la nuit fut effectivement très longue. « Pourquoi est-ce qu’il fait noir si longtemps, demandaient les enfants partout sur la terre. Quand le soleil sera-t-il de retour? »

« Le soleil est très fatigué, disaient les adultes. Mais peut-être que si vous, les enfants, le remerciez pour tout ce qu’il fait pour nous, la lumière reviendra peut-être au matin. »

Les enfants chantèrent de belles chansons au soleil. Puis, ils pensèrent à toutes les choses que le soleil leur donnait. « Merci de faire pousser les laitues et le maïs et le riz et le blé, dirent-ils » « Merci de faire pousser les arbres dans les forêts et les algues dans les océans et le krill qui nourrit les baleines. Merci de créer le vent qui amène la pluie.»

Chaque fois qu’un enfant disait merci, le soleil commençait à se réchauffer un petit peu et à donner un peu de lumière. Bien en sécurité dans les bras de la nuit, le soleil rajeunissait de plus en plus.

Finalement les enfants durent aller se coucher. « Nous allons resté réveiller pou voir le soleil se lever à nouveau, dirent les adultes. » « Est-ce qu’on peut rester debout nous aussi, demandèrent les enfants. » « Vous pouvez essayer, mais vous tomberez de fatigue, répondirent les adultes. Mais vous pouvez tous allumer une bougie, parce que chaque flamme est une étincelle du feu du soleil. Mettez votre chandelle dans un endroit bien choisi et elle veillera pour vous tandis que vous dormez et que vous rêvez au retour du soleil. »



Les enfants allumèrent leurs chandelles et les déposèrent dans un endroit sécuritaire et chaque flamme était une étincelle du feu du soleil. Puis, le soleil jeta un coup d’œil par-dessus les bras de la nuit, et vit les petits feux qui brillaient et commença à se réchauffer un peu plus, à donner un peu plus de lumière et à se sentir encore un peu plus jeune.

Tôt le matin, les adultes réveillèrent les enfants. Ensemble, ils grimpèrent jusqu’au sommet d’une colline et firent face à l’Est, en direction du soleil levant. Ils chantèrent de belles chansons au soleil et courraient partout pour se réchauffer. Ils attendaient pou voir ce que l’aurore apporterait.

Le ciel commença à passer du noir, à l’indigo, au bleu. Peu à peu, le ciel s’éclaircissait. Une lumière dorée apparut à l’horizon. La nuit entrouvrit ses grands bras, et dans un éclat de clarté, le soleil apparut, nouveau, fort et brillant.

Comme le soleil s’était bien reposé pendant la longue nuit et qu’il avait rajeunit grâce aux chansons et aux remerciements des enfants, il redevint jeune comme un petit bébé, né de la nuit une fois de plus.

« Le soleil revient! Le soleil renaît aujourd’hui! s’écriait tout le monde. Et ils dansèrent et ils chantèrent encore pour célébrer la naissance d’un nouveau jour, d’une nouvelle année.



Les fées de Yule – Une histoire pour le solstice d'hiver
Auteur inconnu


Un groupe de petites fées étaient recroquevillées dans leur maison sous les racines profondes d'un chêne géant. Elles étaient en sécurité et bien au chaud dans leur grotte minuscule bordée de duvet de pissenlit, de plumes d'oiseaux, et de mousse séchée.

Dehors, le vent soufflait du froid et la neige tombait doucement vers le bas couvrant le sol. «J'ai vu le Roi Soleil aujourd'hui, » dit la fée nommée Rose comme elle tirait son manteau de mousse autour d'elle. « Il avait l'air si vieux et fatigué comme il s'en allait dans la forêt. Quel est le problème avec lui? »
« Le grand chêne dit qu'il est en train de mourir », répondit Jonquille.
« Mourir? Oh, mais qu'allons-nous faire maintenant? » commença à pleurer Petite Herbe des Prairies : «Si le Roi-Soleil meurt, nos amies les petites plantes ne pousseront pas. Les oiseaux ne viendront pas chanter à nouveau. Tout sera à jamais l'hiver ! » Lilas, Pissenlit et Fleur de Sureau tentèrent de réconforter leur amie, mais elles étaient toutes très tristes. Comme elles se recroquevillèrent les unes sur les autres, on frappa à la minuscule porte.
« Fées, Ouvrez ! », cria une voix forte. « Pourquoi vous cachez-vous au lieu de nous rejoindre dans notre célébration du solstice? » Rose ouvrit la porte et le petit gnome Marron Noueux se poussa à l'intérieur, secouant les flocons de neige étincelants de son habit brun et de son chapeau.
« Nous sommes trop tristes pour faire la fête », déclara Jonquille en essuyant ses yeux, « Le Roi Soleil se meurt, n'en avez-vous pas entendu parler? »
« Il n'est pas mort, stupides fées ! », Marron Noueux roulait des yeux sombres où brillaient des rires. « Maintenant, dépêchez-vous, ou nous allons être en retard à la fête! »
« Comment pouvez-vous être heureux et rire? » Fleur de Sureau tapa par terre de son petit pied et fronça les sourcils devant le gnome. «Si le Roi-Soleil est mort, ce sera toujours l'hiver. Nous ne reverrons jamais le soleil à nouveau ! »
« Stupide enfant-fée ! », Marron Noueux saisit pissenlit par la main et la tira sur ses pieds. « Il y a un secret niché au coeur du Solstice d'hiver. Vous ne voulez pas savoir ce que c'est? »
Les fées le regardèrent avec étonnement. « Un secret ? » dirent-elles. « Quel secret? Nous ne sommes que des nouvelles fées, gnome idiot. Nous n'avons jamais été à une fête du solstice avant. »
« Venez et voyez. Venez et voyez. Mettez votre caps et venez avec moi. » Marron Noueux dansait la gigue autour de la salle. «Vite, vite, ne soyez pas si lentes ! Au Bosquet du Chêne Sacré dans la neige! ». Il dansa sur le pas de porte et disparut.
« Qu'est-ce que ce gnome a voulu dire? » demanda Rose en même temps qu'elle ramassait son manteau de pétales de roses entrelacés par des toiles d'araignée et bordé de duvet d'oie.
« Je ne sais pas, mais la Dame vit dans le bois sacré. » Herbe des Prairies tira sur son chapeau.
« Peut-être que si nous allons voir la Déesse, Elle pourra expliquer ce dont Marron Noueux parlait ».
Les fées quittèrent leur douillette maison et marchèrent péniblement dans la neige en direction du bosquet du Chêne Sacré. La forêt était sombre avec la seule lumière de la lune brillant à travers les épaisses branches de sapin et les membres nus de l'érable et de l'aubépine. Il était très difficile pour elles de passer à travers la neige, car elles étaient vraiment très, très petites. Comme elles pataugeaient dans la neige mouillée et grelottaient dans le vent froid, elles rencontrèrent un renard.
« Où allez-vous, petites fées ? » demanda le renard.
« Au bois sacré», répondirent-elles, grelottantes et frissonnantes.
« Montez sur mon dos et je vous y emmènerai rapidement. »
Le renard se mit à genoux de sorte que les fées puissent grimper. Puis il courut à travers l'obscurité.
« Écoutez ! » dit Lilas alors qu'ils s'approchaient du bosquet sacré. « Des personnes chantent des chansons de joie. BEAUCOUP de personnes."
La belle musique repoussait l'air froid, tranquille et nimbé de clair de lune. C'était la plus belle musique que les fées n'avaient jamais entendu. Le renard transporta les fées tout droit au bord de l'autel de pierre au centre du bosquet, puis se mit à genoux.
« Regardez ! » dit Fleur de Sureau comme elles glissaient sur le sol enneigé. « Il y a la Jeune Fille et la Mère et l'Ancienne, et beaucoup d'autres personnes du Petit Peuple »
« Ils sont tous souriants et heureux », déclara Lilas en regardant toutes les créatures autour d'elles.
« Tous les animaux sont là aussi », chuchota Pissenlit. « Pourquoi regardent-ils tous la Mère ? »
Les fées se rapprochèrent des trois dames assises sur la pierre d'autel. La Mère tenait un gros paquet dans Ses bras, à qui Elle souriait. La Jeune Fille se pencha et prit doucement les fées dans ses mains. Elle les tint près de la Mère afin qu'elles puissent voir ce qu'Elle tenait.
« Un bébé ! » s'écrièrent les fées. « Un nouveau bébé ! Regardez comme il brille ! »
Il est le nouveau-né Roi Soleil», déclara la Jeune Fille en souriant.
« Mais Marron Noueux et le vieux chêne avait dit que le Roi Soleil est mort », lui répondirent les fées. « Comment ce petit bébé peut-il être le Roi Soleil ? »
« C'est le grand secret du Solstice d'Hiver. » L'Ancienne, la Sage, toucha la joue du bébé avec sa main ridée. « Chaque année, le Roi-Soleil doit venir dans le bois sacré pendant les jours sombres de l'hiver où il meurt. J'amène son esprit à la Mère qui lui donne à nouveau une nouvelle vie. C'est la voie de toutes les créatures, pas seulement du Roi-Soleil. "
Vous voulez dire que tout vit et meurt et vit à nouveau ? » Les fées regardèrent avec stupeur vers l'enfant Roi Soleil, niché dans les bras de la Mère.
« Oui, Petites», répondit la Vieille Sage. « Il n'y a jamais une fin à la vie. C'est le grand secret mystique du solstice d'hiver. »
Les fées rirent tellement elles étaient heureuses.
« Je lui montrerai où les roses sauvages fleurissent au début de l'été. »
« Et, je lui apprendrais à appeler les oiseaux et écouter les chansons du vent », s'écria Pissenlit.
« Quand il sera plus âgé et plus fort », dit la Mère, « alors les fleurs s'épanouiront à son contact, les oiseaux seront de retour pour chanter leurs chansons, et le souffle de l'air sera chaud, et l'hiver sera parti pour un temps. Alors le roi Soleil courra et jouera avec vous dans la forêt. »
Les fées chantèrent pour le Bébé Roi Soleil, des chants pour la venue du printemps, les fleurs odorantes, les abeilles endormies, et tous les secrets de la forêt. Et toutes les créatures du bois sacré chantèrent avec elles. Alors le renard les ramena à leur douillette maison sous les racines du chêne géant où elles firent des rêves merveilleux en attendant la chaleur du printemps et le plaisir qu'elles auraient avec le petit Roi-Soleil.

Traduction Monique Pour l'Ecole des Fées


« Le soleil de l'esprit »

Le soleil de l'esprit
Affirme sa victoire
Dans le tréfonds de l'âme

Un pressentiment pur
Découvre sa présence
Dans la grotte hivernale

L'élan d'espoir du cœur
Voit cet esprit solaire
Illuminer la nuit

Nuit bénie de Noël
Symbole de vie suprême
Aux creux du sombre hiver




mardi

Coco l'englishman




Vous la reconnaissez? Rochelle Redfield, Johanna dans Hélène et les garçons. Mon personnage préféré quand j'avais 10 / 11 ans et que je regardais ça en rentrant de l'école... aaahhh TF1 ne s'est finalement pas tant dégradé, ça ne volait déjà pas très haut.. Bref!

C'est cette même Rochelle Redfield qui a écrit et illustré cet abcdaire. Je m'en suis aperçue juste là en le refermant.

Eh bien ce livre vaut bien un article à lui tout seul!

Le format, les illustrations, le texte. Tout est chouette!

Et mon Coco qui aime apprendre l'anglais c'est chouette aussi!

Des animaux connus et des moins connus et à la fin un glossaire encore français / anglais pour en savoir plus sur ces animaux. Et quand on sait que pour le X il est question de Xenopus, on est ravi de trouver ce glossaire!




dimanche

Semaine japonaise

Pour suivre l'intérêt, plutôt la passion! des garçons pour le dessin animé Olive et Tom, nous avons fait des découvertes sur le Japon.

Loulou lit chaque soir plusieurs tomes du manga Captain Tsubasa qui a inspiré le dessin animé que Monsieur Papa et moi regardions quand nous avions 10-12 ans, à l'époque du Club Dorothée. Nous regardons depuis plusieurs années les merveilleux dessins animés des Studios Ghibli, principalement de Miyazaki, comme Mon voisin Totoro, Kiki la petite sorcière, Ponyo, etc. Voilà pour nos connaissances nippones!

Lundi dernier nous avons découvert les arts martiaux japonais grâce à de nombreuses vidéos sur youtube. Nous avons approfondi nos connaissances en Sumo en passant à la pratique!



Et le lendemain j'ai même réussi à préparer le traditionnel Chanko-Nabe, version végétarienne par contre!



Côté lecture j'ai emprunté un très bon guide pour apprendre les bases du japonais, qui contient non seulement des phrases types mais aussi des informations culturelles. 


J'ai donc pu réaliser un chapeau de samouraï en origami après avoir fait des rikishi (lutteurs de sumo) et avec Loulou nous nous sommes lancés dans de la gravure sur polystyrène pour faire des estampes. Quoi de mieux pour modèle que notre Totoro préféré? Enfin Loulou lui a fait le chat-bus :) je ne montre pas le résultat parce qu'on va finir par le poster en vrai, un jour...





Pendant ce temps, Coco s'est fait des rampes de skate et de BMX avec les chutes de polystyrène !

Concernant ce bouquin, vraiment il est parfait pour quelqu'un qui irait au Japon. Comme Antoine de Maximy . On a regardé "j'irai dormir chez vous, au Japon" . Je trouve ça bien comme "documentaire" pour les garçons parce que c'est la vraie vie des vrais gens et par exemple l'intérieur de la maison du couple de japonais, à la fois moderne et traditionnel, on ne peut pas trouver ça ailleurs. Un joli aperçu...



Au son des rondes, comptines et berceuses du Japon, nous avons aussi lu l'histoire de
Jotaro le petit samouraï ( ce qui nous a permis de découvrir la cérémonie du thé par exemple ) et l'histoire de la grand mère qui sauva tout un royaume, un beau conte pour penser à respecter les anciens qui en savent parfois beaucoup.




Découvertes mathématiques ou le raté de la semaine

Qu'il est dur d'être un parent instructeur en France (peut être ailleurs aussi mais autant parler de ce que je connais! ) enfin qu'il est dur pour moi de l'être! Dans ma constante envie de bien faire, de faire le mieux possible, je m'engage sur des chemins qui sont parfois trop raides pour moi et le découragement me gagne au bout d'un moment... L'envie d'être intégrée et aimée vient parasiter mon écoute des enfants.

Il y aussi les vieux démons qui surgissent du passé... je me surprends à demander à Loulou du travail comme si je devais lui faire faire des devoirs pour le lendemain. Bien sûr l'idée que le contrôle de l'EN peut avoir lieu bientôt n'est pas étranger à ça. Comment faites-vous pour laisser la peur de côté?  http://www.meirieu.com/ECHANGES/lepri_peur.pdf

Bref, ce mois-ci j'avais décidé qu'on ferait des maths.

Les Frères Lyons nickel, on a bien avancé. Il y avait des manipulations, des scénarios et pour Loulou ça va quand c'est comme ça.

Des polycopiés de Lubienska pour vérifier que les unités, dizaines, centaines et milliers sont acquis. OK.

En fait en écrivant et en cherchant ce qu'on a fait je me rends compte qu'on a fait beaucoup et je n'en avais même pas pris conscience. Trop occupée que j'étais à ne voir que ce qui avait été difficile...

Loulou a retrouvé son cahier de vacances "Petit Pied", je l'avais acheté il y a longtemps, dans sa période Petit Pied et on l'avait à peine ouvert vu le niveau. Mais là il a vu 7 ans dessus donc on a regardé, on a fait les pages de maths. Et il y avait des soustractions posées.

Bien...

Autant ça a l'air facile comme ça, autant une fois qu'on a le nez dedans on se rend compte que 23 ans nous sépare de l'apprentissage de cette opération. Comme quand on tente d'expliquer à Coco que pour faire le son "ch" il faut mettre sa langue comme ça... oui comme ça.... essayez d'expliquer comment on fait "ch" à un enfant qui fait "s"... oui, mea culpa, nous ne sommes ni orthophoniste (si quelqu'un a des infos à ce sujet sur l'âge où il faut s'inquiéter du zézaiement...) ni instit. Et pour une fois, oui, j'avoue que j'étais un peu paumée. Bon sur les maths je savais bien que ça arriverait... mais sur le niveau CE1 je ne pensais pas!

Je vous explique:


Quand j'ai commencé à expliquer à Loulou que 4-8 ce n'est pas possible et que donc on dit 14 -8 et que la retenue on la met ensuite en bas.................... eh bien il y a eu un grand vide dans ma tête. Pourquoi fait on ça? et pourquoi on passe d'un plus 10 en haut à un +1 en bas............???????????   Oui j'assume, je me suis trouvée très bête sur le coup! J'ai du réfléchir genre jusqu'au lendemain (toute seule, sans même chercher sur le net!! ) et j'ai finalement compris que la retenue ne devenait pas +1  mais + 1 dizaine ou centaine etc...



Wouah!!! on est loin de la découverte de l'an dernier où j'avais compris ce qu'était un nombre premier mais ça m'a fait un bien fou! Peut être qu'il y a longtemps je l'avais su et compris (quoique le CP et le CE1 ayant été des moments émotionnellement chargés ce n'est pas sûr ) en tout cas je le faisais par automatisme et sans comprendre.

Alors encore une fois merci l'IEF! Et merci Loulou de ne pas tout gober. J'accepte difficilement qu'il ne comprenne pas quelque chose, comme si c'était moi qui était nulle dans mon rôle. Alors que juste il n'est pas prêt ou que juste je lui parle d'un truc que je ne comprends pas moi même!

Du coup on a fait une fin de semaine très relax suite à ça :)


lundi

St Martin








Saint Martin et la fête des lanternes, à la recherche de la lumière intérieure dans ce brouillard...


Que lit-on?



La mouche de Gusti. Une mouche qui pense se prélasser à la mer... mais la fin est bien différente de ce que l'on imagine! 

La bonne bouillie de Coline Promeyrat. Une fois n'est pas coutume, déception chez Didier Jeunesse. L'histoire est bien, le conte de Grimm "Petite table sois mise" est simplement revisité et c'est toujours plaisant. Mais alors les illustrations de Géraldine Alibeu, non, vraiment très peu pour moi. Je n'aime pas le style et pour mal faire il y a un chasseur qui au fil des pages tue un loup puis essaye d'avoir un lapin.... 

Le navet de Rascal. On aime bien, comme chaque histoire où plusieurs animaux s'entraident d'ailleurs. Et la fin est bien étonnante et drôle!

Good Friends (les bons amis)  de Paul François, illustré par Gerda Muller. Ce livre avait été le gros succès de l'hiver dernier. A tel point qu'il attend sagement l'anniversaire de Coco dans quelques jours. Mais ça les garçons ne le savent pas et ils ont voulu le prendre, en anglais faute de l'avoir trouvé en français. C'est bien dommage mais à notre bibliothèque les "vieux" livres de ce genre sont relégués en réserve.

C'est en réserve que se trouvait cette petite merveille: La soupe au potiron d'Helen Cooper. Trois amis très liés, qui coopèrent et vivent en harmonie, jusqu'à ce que Canard décide de modifier les choses... une dispute éclate mais tout est bien qui finit bien. 

Il manque sur la photo les quatre Captain Tsubasa, Asterix et bien sur un livre sur les chevaliers et le CD des Histoires de Pirates de Julien Dassin. 


jeudi

Que lit-on?


Gros succès! Décidément les livres "Didier jeunesse" nous emballent. Celui ci n'est pas signé Pierre Delye ou illustré par Cécile Hudrisier qui ont notre préférence mais il les vaut largement. Les garçons adorent le gros ours! Faut dire que je conte bien.... :o)


Pierre Delye et Cécile Hudrisier, puisqu'on en parle, ont  collaboré sur ce livre dont j'ai déjà parlé, que nous empruntons souvent tant nous l'aimons! Une belle critique ici.


Jamais deux sans trois... J'ai eu de la chance à la médiathèque cette fois! Une nouveauté pour nous, lu pour la première fois ce soir, il nous a bien plu. Une belle histoire d'entraide entre le soleil, le rouge gorge et les humains, qui nous rappelle pourquoi honorer l'un et l'autre...

Didier Jeunesse, on adore vos livres!!!!



Pour notre "voyage" en Inde. On découvre grâce à ce livre les animaux qui aident cet enfant et pourquoi dans ce village les gens ne mangeront plus les animaux. Très parlant pour nous qui avons aussi fait ce choix!



Ce livre est assez complet, en tout cas sur la région de Pondichéry où habite cette jeune fille. Nous avons pu y découvrir les kolam par exemple.

Enfin Loulou et Coco sont tous deux passionnés par leur manga "captain Tsubasa" qu'ils lisent (Loulou) avant de dormir.

Pour ma part, en 10 jours j'ai dévoré les 3 tomes de Delirium, de Lauren Oliver! j'ai aussi commencé les Préludes du Trône de Fer de George R. R. Martin (en attendant la livraison du tome 3 de Delirium) et je vais mettre le nez dans Uglies d'ici quelques jours (le temps de me remettre!! ) :o)


dimanche

A cheval sur les fables et l'Inde


Plutôt que de faire le grand écart entre Versailles et Pondichéry, autant essayer de lier les deux.

Alors je vais remplacer une des fables, la Grenouille qui veut se faire aussi grosse que le Boeuf puisque nous connaissons déjà cette histoire.

A la place nous travaillerons sur Le Paon se plaignant à Junon.

Le Paon se plaignant à Junon

Le Paon se plaignait à Junon : 
Déesse, disait-il, ce n'est pas sans raison 
Que je me plains, que je murmure : 
Le chant dont vous m'avez fait don 
Déplaît à toute la Nature ; 
Au lieu qu'un Rossignol, chétive créature, 
Forme des sons aussi doux qu'éclatants, 
Est lui seul l'honneur du Printemps. 
Junon répondit en colère : 
Oiseau jaloux, et qui devrais te taire, 
Est-ce à toi d'envier la voix du Rossignol, 
Toi que l'on voit porter à l'entour de ton col 
Un arc-en-ciel nué de cent sortes de soies ; 
Qui te panades, qui déploies 
Une si riche queue, et qui semble à nos yeux 
La Boutique d'un Lapidaire ? 
Est-il quelque oiseau sous les Cieux 
Plus que toi capable de plaire ? 
Tout animal n'a pas toutes propriétés. 
Nous vous avons donné diverses qualités : 
Les uns ont la grandeur et la force en partage ; 
Le Faucon est léger, l'Aigle plein de courage ; 
Le Corbeau sert pour le présage, 
La Corneille avertit des malheurs à venir ; 
Tous sont contents de leur ramage. 
Cesse donc de te plaindre, ou bien, pour te punir, 
Je t'ôterai ton plumage. 


Peut-être plus compliqué... quoique je ne trouve pas la Cigale et la Fourmi des plus simples.
De cette manière nous pourrons aborder cet animal vénéré en Inde. Et continuer les kolam... Et Pinterest regorge d'idées de bricolages, peintures, maquillages, déguisements autour du Paon!






vendredi

Poèmes de Maurice Carême

Après avoir lu "La naissance des tatous" de Rudyard Kipling pour finir notre "voyage" outre-atlantique, nous avons amorcé notre atterrissage vers l'Automne. J'adore les poèmes de Maurice Carême et j'ai reçu un recueil à Noël. J'ai trouvé dedans "La pomme rouge" que je trouvais assez adapté pour la transition.
Loulou l'a lu et j'ai pu constater les progrès qu'il a fait en lisant chaque soir pendant 1 à 2h des BD (Schtroumpfs, Astérix) ou son manga "Captain Tsubasa".

La pomme rouge

Assis contre un gros tas de bois
Je savoure une pomme rouge;
Tout autour de moi, je ne vois
Que de menues fourmis qui bougent.

Le bonheur, serait-ce cela?
Calmement, j'écoute mon coeur
Battre, encor plus léger que moi,
Au milieu des menthes en fleur.

Je regarde le ciel ranger,
A coups de brises, ses nuées.
Le soleil cire ses souliers.

Moi, je mange ma pomme rouge,
Bougeant comme le monde bouge,
Ingénument, sans y penser.

Et dans la foulée j'ai lu "La vache" qui se trouvait page précédente.

La vache

Je regarde la vache,
La vache me regarde.
Elle mâche, elle mâche,
Pansue et goguenarde.

Lentement, elle arrache
Des feuilles de moutarde,
Puis elle me regarde,
Goguenarde, la vache.

Faut-il que je me fâche?
Non, non, je la regarde
Et, comme par mégarde,
Lui montre son attache.

Comprend-elle, la vache?
Hé! toujours goguenarde,
Doucement, elle arrache
Sans que j'y prenne garde,
Mon lacet... et le crache.

Je l'ai trouvée amusante et parfaite pour comprendre l'idée d'un poème et de ses rimes. Nous ne nous sommes pas attardés, ce genre de "leçon" coule de source pour moi, je ne veux pas lasser! Par contre comme je butais sur "goguenarde" et que Loulou aussi, nous avons sorti le dictionnaire de mon grand-père (c'est comme si j'ouvrais un coffre au trésor pour Loulou!) et cherché ce mot. Révision de l'alphabet en passant, merci Chanta Goya.



Pour terminer Loulou a donc écrit dans un cahier (pas pour faire comme à l'école, juste pour avoir une trace pour le contrôle) "Bernard est goguenard" et comme sur la page suivante il y avait un gorgerin de dessiné, nous avons découvert ce mot et sa signification et Loulou a aussi écrit "le chevalier a un gorgerin".
De son côté, Coco a qui j'avais décalqué un Playmobil (maudite imprimante!! je ne me rappelais plus du plaisir de décalquer / recalquer / repasser au stylo!) l'a colorié puis a écrit Playmobil en s'y reprenant autant de fois que nécessaire sans se décourager, puis il a voulu écrire chevalier. Je pense me lancer dans un "curriculum playmobil" l'an prochain avec lui    :o)

dimanche

Planning octobre - bloc langage autour des fables

Le mois d'octobre sera consacré aux fables:

Le lion et le rat



La grenouille qui veut se faire aussi grosse que le boeuf (que nous connaissons déjà  sous forme de conte)
Le corbeau et le renard , sûrement sur une semaine entière parce que par respect pour mon grand père il va falloir l'apprendre en argot!   Un lien qui donne des idées aussi, l'argot de Pierre Perret ou l'humour de Queneau... Je ne sais pas si c'est abordable pour Loulou, on verra sur le moment.
J'hésitais mais ce lien me fait me décider pour l'incontournable "la cigale et la fourmi".
Des sites sur lesquels je vais sans doute m'appuyer:

je crois qu'on a de quoi bien travailler! 
Je mettrai sur la page facebook les photos, les vidéos et les autres ressources que je trouverai en rapport avec les animaux des fables.





samedi

Que lit-on?



L'avis de Ricochet est tellement parfait que je le colle! Nous on adore! Surtout quand on sait que j'ai tricoté une "cotte de mailles" à Chevalier Coco il y a quelques jours...


L'AVIS DE RICOCHET

« Dans un coin du Moyen-Age » vit tranquillement Xavier le jardinier. Un jour, il part à la guerre pour son roi. Mais son cheval refuse de se battre sans cotte de mailles, et entraîne bientôt derrière lui toutes les autres montures.
Pastel et encre sur papier gros grain, le trait vif de Martine Bourre croque un Xavier un peu ahuri et un cheval généreux autant que décidé. Le décor naturel s’inspire ouvertement des enluminures, avec des entrelacs de branches et de chardons, des détails d’animaux… Des scènes symboliques (travaux aux champs, adoubement du chevalier) alternent avec des situations plus débridées, tel l’essayage de la cotte de mailles par le cheval. Au fond, les destriers inventent ni plus ni moins que la grève, slogans syndicalistes à l’appui : « Cottes en plomb ! Boulons ! Pompons ! Protection ou désertion ! Pas de discussion ! ». La langue simple, si elle reprend des termes de l’époque, sonne aussi de manière très orale, pleine de vie. C’est malicieux, moderne et drôle sur un fond historique tout à fait crédible




Ce qu'en pense la bibliothèque de Chirens :

Un petit chevalier doit user de toute sa ruse et de tout son courage pour combattre un ennemi beaucoup plus imposant que lui.
Theme : Album 0-3 ans

Présentation de l'éditeur:
Quand on aime un livre, il devient vite un vrai pot d'colle.

Ce qu'on en pense:
C'est la deuxième fois qu'on l'emprunte en 2 mois! L'histoire est simple mais réussie avec une fin qui ravit les petits garçons et les mamans trentenaires! 
0-3 ans je ne suis pas du tout d'accord!!! D'autant plus que pour prendre confiance dans la lecture d'un livre entier, c'est parfait pour Loulou ce genre de format. Ce qui ne l'empêche pas de passer plus d'une heure chaque soir sur une BD comme Astérix ou les Schtroumpfs!




Et pour ma part j'ai dévoré en 3 jours les tomes 1 et 2 de la saga écrite par Veronica Roth, Divergente.





mardi

Tapuscrit - Les perles du Général

Je viens de passer quelques heures à traduire et mettre en page le livre "the Warlord's beads" de Virginia Pilegard, illustré par un nancéen, Nicolas Debon.



J'avais trouvé cette référence grâce au blog Mouse grows, Mouse learns et je l'avais commandé d'occasion aux Etats-Unis. C'est un bon achat!

Alors le tapuscrit est prêt!

Notre bloc mathématiques avec abacus n'est prévu qu'en janvier pour coïncider avec le nouvel an chinois. Mais du coup j'ai commandé deux autres livres de cette collection...

voici le lien :Les perles du Général

Il y a des pistes de travail ici, en anglais. Je vais sûrement m'en inspirer pour créer un document en français.

Merci au passage à Géraldine, la maîtresse de Trousse et Cartable qui m'a fait découvrir les tapuscrits!


vendredi

Le raté de la semaine - 1



J'inaugure une nouvelle catégorie dans nos apprentissages... les ratés! Mais qui donnent à réfléchir et finalement nous font beaucoup apprendre à nous parents!

Donc le raté de la semaine c'est hier au Museum de sciences naturelles de Bruxelles. Après presque 4h dans la voiture, et un endormissement de 3 minutes juste avant qu'on ne s'arrête, Coco a eu beaucoup de mal à gérer la journée... et nous à gérer Coco!

Eh oui dans notre famille pas de "tu veux être puni?" "tu veux aller au coin?" ou encore "tu veux une fessée?" alors ça demande beaucoup de patience et de self-control... et on n'y arrive pas toujours! Même si on ne recourt par à la violence éducative on ne parvient pas forcément à se montrer calme et  respectueux, la fatigue se mêlant au jeu aussi...

Bref, le repas s'est tout de même bien passé, Coco a subi les bons 1500m qui nous séparaient du musée à pieds (ne pas penser au retour, ne surtout pas y penser!!!! pourquoi j'ai pas pris le chinado? mais pourquoi??) mais au bout de 5 minutes dans le musée c'était la catastrophe! Ben oui... Coco aime regarder Dino Train mais son intérêt pour la paléontologie s'arrête là.





Alors quand ses besoins ne sont pas satisfaits (tiens je vous envoie lire l'excellent article de Melynae  sur la vie sans pression de nos enfants!) il se met en mode "je suis frustré je veux qu'on comble un besoin qui m'est cher" ce qui donne en langage Coco "je veux aller au magasin de jouets, j'ai besoin de Playmobil!" (ils feraient bien de noter à côté du "interdit au moins de 3ans" risque d'addiction plutôt que d'étouffement! nous c'est le cerveau qui s'est étouffé!!!)

On a réussi à faire une visite sans hurlements, sans pleurs mais avec nombre de grognements, ronchonnements, un ou deux blocages dans l'avancée et quelques menaces de coup de pieds mais on a même fait un tour à la boutique du musée et on est sorti les mains vides! Mais restons sur le raté pour cette fois ;)

Et si vous aussi vous ratez des journées entières ou juste des petits moments, pensez à en parler, on se sentira moins seul! Il y a des très beaux ratés sur Pinterest