lundi

Enfant perce neige





Le printemps s'annonce, on en voit les prémices, il était donc temps de faire sortir un des enfants racines!

Voici donc "Fleur de Perce Neige", largement inspirée de cette création.
Le résultat est différent bien sur, je n'ai pas beaucoup d'expérience! Mais je suis contente, et elle va très bien à côté de sa petite Grand Mère Terre.

dimanche

Deux par deux





Juste parce que je suis tellement heureuse d'avoir deux petits elfes qui s'entendent globalement si bien... Globalement, hein, parce qu'il y a quelques clashs bien sur, mais ils sont 24h / 24h ensemble, 7 jours par semaine!

mercredi

vendredi

Ce moment


{ce moment} – Un rituel du vendredi initié par Soule mama
Une seule photo – aucun mot – capturant un moment de la semaine. Un simple, spécial, extraordinaire moment. Un moment que nous désirons capturer, savourer et se rappeler pour toujours.



mardi

St Valentin




Notre nouvelle maison est en haut à droite: comble du bonheur pour Loulou, il y a un tracteur John Deere à la ferme voisine!


Loulou a appris à faire un coeur en laine feutrée à sa Tata.






Avec le déménagement j'ai manqué de temps pour préparer les choses, je pensais faire plus pour cette St Valentin, y trouver cette année du sens autre que cet étalage commercial. Grâce au forum IEF Waldorf Steiner j'ai pu trouver ce matin même des tas de liens tous très intéressants. Finalement nous n'avons pas fait des tonnes de choses mais c'était bien assez!

Un chapeau coeur.

Un petit message dans un coeur ressort.


Ce matin nous avons repris de bonnes habitudes, le Papa retournant au travail après 10 jours de congés mouvementés. Une petite heure tous les 3: comptines, chants, rondes, lancers de balles (remplies de pois cassés) et un conte qui a beaucoup plu aux garçons ... et à moi aussi!!

EPAMINONDAS ET SA MARRAINE (trouvé dans le merveilleux livre Comment raconter les histoires à nos enfants de Miss Sara Cone Bryant - 1926)


Conte nègre des États-Unis du Sud

Il y avait en Louisiane, en Amérique, une brave négresse qui n'avait qu'un fils. Comme elle était pauvre et n'avait pas grand'chose à lui laisser, elle voulut lui donner un beau grand nom. Elle l'appela Epaminondas, du nom d'un général grec de l'ancien temps, qui gagna deux célèbres batailles. Epaminondas grandit. Il avait un nom glorieux mais n'en était pas plus fier pour ça. Il avait l'habitude d'aller voir très souvent sa marraine. Elle l’aimait beaucoup et ne manquait jamais de lui donner quelque chose à chacune de ses visites.

Un jour, la marraine d’Epaminondas lui donna un beau morceau de gâteau.
- Ne le perds pas, dit-elle. Tiens-le bien serré.
- Sois tranquille! marraine, répondit Epaminondas. Il ferma le poing et serra si bien le gâteau, que, lorsqu’il arriva chez lui, il n'en restait plus qu'une poignée de miettes.
- Qu'est-ce que tu apportes là, Epaminondas ? demanda sa maman.
- Du gâteau, maman, dit Epaminondas.
- Du gâteau! De ma vie!... Mais qu’as-tu fait du bon sens que je t'ai donné à ta naissance ? Quelle manière tu as de porter un gâteau ! La manière de porter un gâteau, c'est de l'envelopper proprement dans un papier fin, et de le mettre dans la coiffe de son chapeau, puis on met son chapeau sur sa tête, et on revient tranquillement à la maison. Tu comprends ?
- Oh oui, maman, dit Epaminondas.

Quelques jours plus tard, Epaminondas retourna chez sa marraine, et elle lui donna, cette fois une belle motte de beurre pour sa maman, du joli beurre bien frais.
Epaminondas l'enveloppa soigneusement dans un papier fin, le mit dans la coiffe de son chapeau, mit son chapeau sur sa tête, et revint tranquillement à la maison.
Hélas, c'était été et le soleil était chaud. Le beurre commença à fondre, et se mit à couler de tous les côtés! Lorsque Epaminondas arriva chez sa maman, le beurre n’était plus dans le chapeau, il était sur Epaminondas. La maman leva les bras au ciel et s’écria :
- De ma vie!... Epaminondas, qu'est-ce que tu apportes là ?
- Du beurre, maman, dit Epaminondas.
- Du beurre ?... dit sa maman. Epaminondas, qu'as-tu fait du bon sens que tu avais à ta naissance ?... Ce n'est pas la manière de porter du beurre! La manière de porter du beurre, c'est de l'envelopper avec des feuilles fraîches, bien serré et, le long du chemin, de le tremper dans le ruisseau et de le tremper encore, et encore, et puis après, on le prend dans ses mains et on l'apporte à la maison. Tu comprends ?
- Oh oui, maman, dit Epaminondas.

La semaine suivante, lorsque Epaminondas retourna chez sa marraine, elle lui donna un joli petit chien.
Epaminondas l'enveloppa dans des feuilles fraîches, bien serré, puis il le trempa dans le ruisseau, et il le trempa encore, et encore : et après il le prit dans ses mains pour l'apporter à la maison, mais quand il arriva le pauvre petit chien était presque mort. Sa maman le regarda et dit :
- De ma vie!... Epaminondas, qu'est-ce que tu apportes là ?
- Un petit chien, maman, dit Epaminondas.
- Un petit chien! Epaminondas, mais qu'as-tu fait du bon sens que je t'ai donné à ta naissance ?... Ce n'est pas la manière de porter un petit chien ! La manière de porter un petit chien, c'est de prendre une longue corde, d'en attacher un bout au cou du chien, de mettre le chien par terre, et de prendre l'autre bout de la corde, et on rentre à la maison en le tirant après soi, - comme ça. Tu comprends ?
- Oh, très bien, maman, dit Epaminondas.

Lorsqu’il revint chez sa marraine, elle lui donna un pain tout frais, un joli pain long à la croûte dorée.
Epaminondas prit une longue corde; il en attacha un bout autour du pain, puis il mit le pain par terre, prit l'autre bout de la corde, et revint à la maison en tirant le pain après soi - comme ça.
Quand il arriva, sa maman regarda la chose au bout de la corde, et dit :
- De ma vie!... Epaminondas, qu'est-ce que tu apportes là ?
- Un pain, maman, dit Epaminondas. C'est marraine qui me l'a donné.
- Un pain!... dit sa maman. Oh ! Epaminondas ! Mais tu n'as point de bon sens. Tu n'en as jamais eu, et tu n'en auras jamais point!... Tu n'iras plus chez ta marraine. C'est moi qui irai, et je ne t'expliquerai plus jamais rien.

Le lendemain, sa maman se prépara pour aller chez la marraine, et elle dit :
- Je vais te dire une chose, Epaminondas. Tu vois bien ces six petits pâtés que je viens tout juste de faire cuire ? Je les ai mis devant la porte pour les faire refroidir. Tu les protégeras du chien et du chat et, si tu as besoin de sortir, fais attention comment tu passes dessus, n'est-ce pas ?
- Oui, maman, dit Epaminondas.
La maman mit son bonnet et son châle et s'en alla chez la marraine.

Les six petits pâtés tout en rang refroidissaient sur le seuil de la porte.

Et comme Epaminondas voulait sortir, il fit bien attention comment il passait sur les pâtés.
- Un, deux, trois, quatre, cinq, six!... il mit son pied bien exactement au milieu de chacun d'eux!...

Et savez-vous, ce qui arriva quand la maman rentra ?
Personne n'a jamais pu me le dire, mais vous pouvez peut-être le deviner... et je suppose qu'Epaminondas ne sut jamais le goût qu'avaient ces petits pâtés-là!

mercredi

Ecriture spontanée




Spontanée parce qu'à sa demande... Loulou voulait jouer au jeu du loto des Alphas... déjà en carton! alors je lui ai fait des petits dessins et des petits wagons. Arbre, poule, voiture, roudoudouk et sucettes.

Coco lui expérimente le dessin avec les pieds! Pas pire qu'avec les mains .... =^^=